Le Mexique

Bienvenue au Mexique !

Le Mexique est un pays merveilleux où j’ai eu l’occasion de me rendre plusieurs fois, et c’est certain que j’y retournerai ! J’ai une très bonne amie mexicaine qui y vit. Grâce à elle,  je me suis laissée guider et j’ai pu vivre au rythme des Mexicains. J’ai découvert un pays magique.

C’est devenu une des destinations phares des voyageurs pour tout plein de raisons. C’est facile d’accès. Les billets d’avion ne sont pas excessifs. Sur place, la vie n’est pas chère. C’est sécurisé, et bien foutu pour le tourisme. Pour conduire, les routes sont assez faciles. Il faut juste éviter Mexico City et Guadalajara où c’est un peu le bordel. Le Mexique est un bon point de départ pour visiter l’Amérique Centrale, et c’est plus funky que les Etats-Unis. Car les Mexicains ont un sacré sens de la fête.

Lors de mon 1er séjour, je venais de passer 3 semaines entre les Etats-Unis et le Canada. Ce qui m’avait immédiatement marqué en entrant au Mexique, c’est que c’est vivant ! Ça m’a beaucoup rappelée la Thaïlande où on trouve de tout. C’est-à-dire des condos modernes à côté de maisons traditionnelles, ou encore des stands de streetfoods à l’entrée des malls géants. Modernité et traditions juxtaposés. Ça sent bon la nourriture. D’ailleurs on peut manger partout, à toutes heures, et à petit prix.

Les Mexicains sont heureux, et ça se voit. Il vous suffit de passer un dimanche après-midi dans un restaurant familial traditionnel pour vous en rendre compte : petits et grands autour des tacos, des mariachis, de tequila et de la fiesta !

Qu’est-ce qu’il faut visiter au Mexique ?

Le Mexique est un pays immense ! A l’aéroport on vous fait remplir un formulaire d’entrée « aux Etats-Unis du Mexique ». C’est 17 états répartis sur 2 million de kilomètres carrés (3 fois la France). Chaque état a sa propre législation. Difficile de tout visiter en une fois, car il y a vraiment beaucoup de choses à voir.

Il y a des plages incroyables aussi bien du côté pacifique que du côté caraïbe. Il y a des plages qui se prêtent plus au surf, d’autres à la plongée, d’autres au farniente, et d’autres à la découverte de la nature. Le pays est aussi recouvert de temples mayas dont certains sont incontournables. Vous pouvez vous aventurer dans les terres à la découverte de cette culture. Les paysages sont très variés. Par ailleurs, le Mexique représente 10% de la biodiversité de la planète.
Evidemment, il y a des zones extrêmement touristiques, où l’on peut presque parler d’invasion américaine. Et il y a des zones moins touristiques, mais tout aussi belles.

Puis il y a « les villages magiques » qui sont des villages protégés et mis en avant par le gouvernement. Pour en avoir vu quelques uns, je peux vous dire qu’ils sont vraiment magiques.

Qu’est-ce qu’on mange au Mexique ?

Il y a une blague mexicaine qui raconte qu’un étranger demande à une Mexicaine ce que c’est qu’une quesadilla. Elle lui répond « c’est une tortilla avec de la viande, de la sauce… ». Il lui demande alors ce que c’est qu’une fajita. Elle lui répond « c’est une tortilla avec de la viande, de la sauce… ». Il lui demande ce qu’est un taco. Elle lui répond « c’est une tortilla avec de la viande, de la sauce… ». Etc.

Voilà, vous l’aurez compris, les principaux plats du Mexique sont des déclinaisons d’une tortilla avec de la viande, de la sauce, et des haricots. Cela varie selon les régions. Idem pour les prix. On en trouve à 5 pesos (0,25 euros) dans la rue, ou à 50 pesos (2,50 euros) dans les restaurants. J’en ai goûté des délicieux. Mais j’en ai vu des plus originaux avec de la langue de bœuf ou avec du mamelon de vache. Peu importe ce que vous mangez, on vous donnera toujours des tortillas en guise de pain. Disons que la tortilla, c’est la vie ! Attendez-vous à en manger encore et encore.


Heureusement, il n’y a pas que des tortillas. J’ai aussi mangé d’excellents plats de poulets frits/rôtis/au grill. Vous pourrez déguster des soupes, des plats à base de poisson ou fruits de mer. On retrouve pas mal de plats d’Amérique du sud comme les ceviches ou les empanadas. Les petits-déjeuners traditionnels sont très copieux. Ils sont à base d’œufs, d’haricots rouges, de fromage, de crème, de tortillas… Au moins ça cale pour la journée. Dans l’ensemble, la nourriture mexicaine n’est pas légère, et son alternative est la nourriture américaine. J’ai tenté de manger quelques légumes, mais ils n’avaient aucun goût.

La nourriture mexicaine n’est pas si épicée que ça. Il y a souvent une sauce dite « salsa » à rajouter soi-même dans son plat. Chaque maison a sa propre recette. C’est savoureux et moyennement épicé. Certains proposent une sauce à base d’ananas. Celle-ci brûle l’estomac… Donc à éviter absolument si on est sensible.

Côté dessert, c’est très sucré… le diabète vous fait coucou. C’est souvent à base de dulce de leche, de sucre ou de chocolat. J’y ai mangé des churros recouverts de sucre et fourrés au dulce de leche. Disons que 2 bouchées suffisent. Heureusement on trouve pas mal de fruits. Comme en Asie, ne vous étonnez pas si la mangue vendue s’accompagne d’un sachet de sel de piment.

Dans l’ensemble, préparez-vous à prendre quelques kilos. Et si vous êtes végétalien, en dehors des très grandes villes ou des spots à hippies, vous ne trouverez pas grand-chose à manger.

Côté boisson, dégustations de tequila et mezcal obligatoires ! Sans surprise, le café est très bon. Dans la rue, on trouve des vendeurs de jus de fruits frais. Pour un jus d’orange pressé sous vos yeux il faut compter 10 pesos (0,50 euros). Leurs oranges sont moins acides qu’en Europe, ce qui est appréciable. Un de mes jus préférés est le Jugo Verde (jus vert). C’est un mélange d’ananas, orange, cactus, et je ne sais trop quoi. Comptez 15 pesos (0,75 euros) et savourez.

Est-ce que le Mexique est dangereux ?

Non ! Le Mexique n’est pas un pays dangereux tant que l’on respecte des règles de sécurité de base. Comme partout dans le monde, il ne faut pas laisser ton téléphone sur la table de la terrasse d’un café. Il ne faut pas traîner tard le soir seul dans un quartier qu’on ne connait pas. Oui j’ai entendu des histoires de personnes qui se sont faites voler leur sac, mais elles n’y faisaient pas attention.  Le Mexique n’est pas plus dangereux que la France. Ce n’est pas comme au Brésil où on peut se retrouver avec un gun sur la tempe pour un oui ou pour un non. Ce genre de situation n’est jamais arrivé aux Mexicains que je connais, alors que c’est au moins arrivé une fois à tous les Brésiliens que je connais.

Personnellement, je ne me suis jamais sentie ni en danger, ni arnaquée. Au contraire, on m’a souvent aidée. Evidemment, si vous traînez avec les narco-trafiquants (que l’on reconnait facilement), il ne faudra pas vous plaindre s’il vous arrive quelque chose. Ou si vous visitez le nord du pays, du côté de Tijuana ou de Ciudad de Juarez, alors oui, vous pouvez prendre une balle perdue. Bon, la police est corrompue, et elle peut vous faire des mauvaises blagues pour essayer de vous soutirer quelques dollars. Mais ça reste des cas exceptionnels.

Si vous parlez espagnol, il en va de soi que c’est mieux.

Comment est-ce qu’on se déplace au Mexique ?

Pour les grandes distances, il y a des vols internes. Autrement, il y a le bus. Toutes les villes sont bien desservies, avec des départs fréquents. De tous les pays que j’ai visités, les bus mexicains sont les plus incroyables. On me l’avait dit, mais je ne m’y attendais pas. Les sièges sont larges, vous pouvez pratiquement vous allonger. Il y a le wifi, une petite collation, un écran avec des films, des toilettes. Bon, ce genre de bus c’est des 1ères classes, mais les prix ne sont pas excessifs. Il y a plusieurs compagnies de bus. La plus connue est Ado, mais ce n’est pas la seule. Si vous achetez votre ticket à la station de bus, vous avez le choix entre toutes les compagnies. Ces bus de 1ère classe sont à privilégier si vous faites un long trajet de plus de 5 heures, qu’il vaut mieux faire de nuit. En général, il n’est pas nécessaire d’acheter son billet trop en avance, quelques heures avant suffisent. Mais attention en cas de fête nationale, les places sont vite vendues !

Pour les trajets plus courts, les bus en 2ème classe sont tout à fait convenables. Moins classe, certes, mais moins chers.
Si vous avez moins de 25 ans, ou si vous êtes étudiant, vous pouvez bénéficier d’une réduction de 50%. tarif réduit pour les bus.

Pour se déplacer à l’intérieur des villes, il y a toutes sortes de transport en commun : bus, tram, uber, taxis, taxis collectifs. Si vous pouvez, faites l’expérience du taxi collectif, le colectivos.

Colectivos

Bon à savoir :

– Si vous restez plus de 7 jours, il y a une taxe de sortie à payer, d’environ 340 pesos. Cette taxe est normalement incluse dans le billet d’avion. Donc si vous repartez par les airs, il n’y a rien à payer. Mais si après 7 jours vous quittez le territoire par les terres, vous devrez vous en acquitter à la douane.
Pour une raison que je n’explique pas, lors d’un de mes séjours, je suis arrivée par les terres, et je suis repartie en avion 6 jours plus tard. Mais à l’aéroport, on m’a envoyée au bureau de l’immigration pour faire confirmer ces 6 jours, sans quoi j’aurai dû payer la taxe de sortie (qui est pourtant incluse dans mon billet). Ils m’ont dit que c’était parce que j’étais arrivée par les terres. Donc faites attention, imprimez votre reçu pour le montrer au cas où.
– Assez étonnant, le service postal est obsolète. Pour acheter un timbre, il faut aller à un bureau de poste, sauf qu’il y en a peu. Par exemple, il n’y en a que 2 dans l’état du Quintana Roo, avec seulement 2 employés qui ne sont pas pressés, et pas de machine automatique. Alors armez-vous de patience. Il parait que certains hôtels et pharmacies vendent des timbres pour dépanner les touristes. Une fois votre carte postale dans la boite aux lettres, il faut compter 3 à 6 semaines pour qu’elle arrive à destination. Cela marche aussi dans l’autre sens. Un courrier à destination du Mexique mettra au moins 3 semaines à arriver.

J’y suis allée :

Mexico City, la capitale. A voir absolument.
Etat de Jalisco, Guadalajara et ses alentours. Tequila, Tapalpa, Lac de Chapala.
Etat de las Chiapas, San Cristobal et ses alentours.
La Riviera Maya, Playa del Carmen et ses alentours.

Je n’y suis pas allée, mais :

– Tijuana. La ville à la frontière des Etats-Unis, où les Américains viennent se lâcher tous les week-ends. Il parait que ça vaut le coup d’œil.
– Puerto Vallarta dans l’Etat de Jalisco. C’est la grosse station balnéaire à quelques heures de Guadalajara. Malheureusement, c’est très prisé par les Américains et par les Canadiens qui ont des vols directs jusqu’à cette ville. Il faut voir les villages aux alentours, notamment Yelapa qui n’est accessible que par bateau.
– Acapulco, dans l’Etat de Guerrero. C’est du même genre que Puerto Vallarta, avec en plus un clin d’œil à la fameuse série des années 90.
– L’Etat d’Oaxaca, très connu pour ses temples et pyramides. A voir si on est passionné d’histoire.
– La côte pacifique de Las Chiapas. C’est mon grand regret. J’ai dû remettre cette étape à plus tard faute de temps. Quasiment personne n’y va, et il parait que c’est incroyable.
– L’Etat du Yucatan, et notamment les villes de Mérida et Valladolid. Il parait que c’est magnifique.
– Et les autres « villages magiques » qui sont éparpillés un peu partout dans le pays. En voici la liste : http://www.pueblosmexico.com.mx

Pour découvrir les beautés du Mexique : https://www.instagram.com/mexico_maravilloso/

Rendez-vous sur Hellocoton !
2 commentaires Ajoutez les votres

Laisser un commentaire