Sarah Ford

Qui est Sarah Ford ?

Sarah Ford est une photographe de mode et de beauté basée à Paris.

Ce n’est pas pour rien que je dis de Sarah Ford que c’est mon meilleur pote. Elle n’est pas une fille comme les autres, ni un mec comme les autres. Sarah est un savoureux mélange de virilité et de sensibilité qui la rend particulièrement exceptionnelle. C’est bien une femme, ne vous y trompez pas, elle a ce qu’il faut là où il faut, mais il faut lui parler comme à un mec. Si vous avez un déménagement à faire, ou si votre voiture tombe en panne, vous pouvez compter sur elle. Mais si vous voulez faire un après-midi shopping entre filles, ce n’est pas la bonne personne à appeler. Car de toute façon, elle ne s’intéressera qu’aux baskets en solde. Rien que le contexte de notre rencontre annonçait la couleur. On avait fait connaissance sur Myspace. A cette époque déjà, les gens de la mode se suivaient et s’ajoutaient, afin de se créer un réseau. Elle m’avait alors invitée à une soirée chez elle, mais à peine étais-je arrivée qu’elle avait disparu avec 2 mecs, et elle était réapparue à 5h du mat : « Salut moi c’est Sarah Ford ».

Ce qui est improbable chez ce bonhomme, c’est son âme d’enfant et sa sensibilité.  Pourquoi son âme d’enfant ? Parce que ce qui guide la vie de Sarah, c’est Disney. Elle dit elle-même que Walt est son papa. Petite, elle dessinait tout le temps et elle rêvait de devenir dessinatrice pour Disney. Pour son travail de fin d’études en école de photo, elle choisit le thème « les Princesses Disney ». Elle a un tatouage du chat d’Alice aux Pays des Merveilles. Chez elle, elle met tout un tas de petites touches sur le sujet, que ce soit son fond d’écran d’ordinateur que sur ses baskets. Elle fait un tour chez Disneyland au moins une fois par mois. Le simple fait de s’y promener lui procure un moment de détente. Elle a même endossé les costumes de Rafiki et de Pluto pour se faire un peu de sous pendant sa jeunesse.

Et la sensibilité de Sarah Ford ? Elle est inattendue ! Même si elle parle de sexe de façon beaucoup plus crue que tous vos potes réunis, c’est aussi une grande timide qui rigole souvent nerveusement. Dès qu’une situation la gêne, elle rit, et plus la situation la gêne, plus elle rit, ce que la personne en face ne comprend pas forcément. Rien que photographier une fille dénudée la gêne. Elle n’osera jamais dévoiler ses sentiments profonds, ou simplement dire bonjour à des personnes célèbres. Je l’ai même vu perdre tout ses moyens le jour où je lui ai présenté un acteur d’une série télé. Pourtant elle pleure facilement devant un film, et même devant la cérémonie des MTV Awards.

En ce qui concerne son parcours professionnel, comme je disais, toute sa vie, Sarah Ford est passionnée par le dessin. Elle pensait en faire son métier. Jeune, elle dessinait tout le temps. Sarah suivait même des cours de dessin à côté de l’école. Elle adorait dessiner les visages des gens qu’elle aimait bien ou qu’elle trouvait beaux. C’est sans surprise qu’elle fait une licence d’art. Mais la réalité du monde du travail la rattrape, et elle comprend que les possibilités professionnelles qui s’offraient à elle étaient limitée.

A la fac, Sarah prend l’option « photo » par curiosité. Elle commence à apprendre les techniques de la photographie. Elle découvre que cela va dans la continuité du dessin en ce qui concerne le travail sur les visages et sur les ombres, mais qu’en plus, photographe est un métier qui pourrait lui faire gagner sa vie et voyager ! Et ça, ça lui plait. En effet, une de ses principales passions dans la vie ce sont les voyages, et les Etats-Unis. Elle est y allée 18 fois en l’espace de treize ans, et elle ne compte pas s’arrêter là. Elle adore aussi l’Asie. Son idéal serait de travailler partout dans le monde, de partager sa vie entre l’Asie, les Etats-Unis et la France, et de pouvoir se rendre dans une ville chaque fois qu’elle lui manque.

Si Sarah retient une chose de l’éducation de ses parents qui étaient professeurs au lycée, c’est l’influence cartésienne et l’esprit logique.s Elle raconte même que ce n’était pas anodin pendant le dîner d’ouvrir le poulet rôti, d’observer l’anatomie de l’animal et de s’exclamer « Oh quel beau foie ! ». Alors pour elle, apprendre les bases techniques c’est important, et c’est sans surprise qu’après la fac elle s’inscrit dans une école photo, l’Efet.

Sarah Ford finit sa formation en assistant des photographes professionnels afin de devenir elle-même un photographe de beauté. Ce qu’elle retient surtout de ses années d’assistanats c’est ce qu’elle ne veut pas devenir ! Elle découvre que certains photographes, bien que doués, sont arrogants, hautains, excessifs, excentriques et méchants. Sarah se dit qu’elle ne veut surtout pas leur ressembler. Petit à petit, elle commence à shooter pour son compte. Elle développe son réseau de maquilleurs et stylistes sur les réseaux sociaux et elle se sert de la cave de ses parents comme studio photo. Elle réalise des séries d’images qu’elle propose à des magazines web, puis à des magazines papiers. C’est beaucoup d’investissement personnel et de temps, mais après sept ans de dur labeur, ça finit par payer.

Aujourd’hui elle a son propre studio et plus de matos. Sarah peut réaliser toutes les images de beauté qu’elle veut. Elle décroche des contrats pour des belles marques de cosmétique comme Clarins, Sephora ou Lancôme. Elle peut même se permettre de refuser des projets peu payés ou qui ne l’intéressent pas. Sarah a intégré une agence à Paris et une en Chine, ce dont elle est très fière car elle considère cela comme la reconnaissance de ses pairs.

Bien qu’elle soit satisfaite de son parcours, elle s’inspire des plus grands (sauf Terry Richardson) pour continuer « à monter la montagne », et espérer avoir la carrière internationale de ses rêves. Pour y arriver, elle mise beaucoup sur son talent et sa technique, car contrairement à d’autres, elle n’a ni la tchatche pour se vendre, ni les contacts pour se faire pistonner.

Dans son travail, on trouve des filles de toutes origines car elle aime les métissages. Selon Sarah, l’exotisme est plus esthétique. Elle aime aussi les choses décalées donc elle s’amuse à faire apparaître des bouts de corps sur ses images, ou à créer une femme à partir de deux filles de peaux différentes.

Dans la vie en générale, Sarah Ford aime tout un tas de choses. On peut dire qu’elle croque la vie a pleine dents. Elle trouve toujours quelque chose à faire, et refuse de s’ennuyer. Sarah aime le sport. Elle en a pratiqué tout plein comme la gymnastique, la danse, le badminton, l’escalade. Ce qui lui plait c’est de se dépenser. Elle aime la musique, le bon son hip-hop, les clips musicaux. Plus jeune, elle a pratiqué le violoncelle, et elle partait tous les étés en séjour avec d’autres élèves. Elle confirme que c’était un peu comme les stages de clarinette d’American Pie

Sarah aime ses amis, et ne dit jamais non à une sortie. C’est toujours un bon prétexte pour passer du temps avec eux. C’est aussi une croqueuse d’hommes. Elle les préfère beaux, musclés, viriles et exotiques (d’Asie si possible). La plupart de ses conquêtes pourraient être ses modèles photos. De toute façon, homme ou femme, elle a besoin d’être séduite pour shooter quelqu’un, autrement, elle n’y mettra pas du sien et n’aimera pas le résultat. En les photographiant, ou en les dessinant, elle a l’impression de posséder une part de leur beauté.

Plus que tout, Sarah Ford aime rire ! La banane qu’elle a constamment au visage, ce n’est pas seulement de la gêne, c’est aussi de la bonne humeur. Elle se lève le matin en se faisant une blague pour bien commencer la journée. Elle essaie de traîner avec des gens drôles. Pendant les séances photos, elle n’hésite pas à raconter des blagues pour détendre l’atmosphère. Sarah se dit qu’ainsi c’est un plaisir pour l’équipe de travailler avec elle, et qu’ils ont envie de donner le meilleur d’eux-mêmes. Et de revenir. Ce besoin de rire de tout, c’est aussi pour elle-même. Quand sa blague est bonne, elle y rit toute seule et se dit « ah je me kiffe ! ». Finalement, elle va devoir se supporter encore un bon paquet d’années, alors autant qu’elle s’entende bien avec elle-même ! Je crois que beaucoup de personnes devraient prendre exemple sur sa philosophie de vie.

Parmi tous les artistes que j’ai interviewés jusqu’ici, j’ai une certaine fierté à vous parler de Sarah. On est très proches depuis pas mal d’années, et je peux vous le dire, Sarah elle en a bavé pour en arriver là. Son succès elle ne l’a pas volé. Elle ne le doit qu’à son talent et à sa persévérance. Elle en a mangé des pâtes, et je l’ai vu affronter pas mal de moments de doute. Sarah n’a jamais lâché l’affaire et aujourd’hui, elle vit de sa passion ! J’espère que ce ne que le début de la gloire !

Finalement, on pourrait résumer la situation de Sarah Ford par la mythique scène d’Edouard Baer dans le film Asterix et Obelix : Mission Cléôpatre. Car la vie de Sarah ce sont des rencontres, des gens qui lui ont tendu la main, peut-être à un moment où elle était seule chez elle, mais elle, elle a pu, elle dit merci à la vie, elle chante la vie, elle n’est qu’amour, mais demain qui sait, peut-être, elle se mettra au service de la communauté et fera don de soi. Merci Sarah Ford !

Pour  suivre son travail :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire