Etre mannequin en 2020, pas si simple

Top models des années 90 photographiées par Peter Lindbergh

Je suis mannequin en 2020, et j’exerce ce métier depuis près de 15 ans.

C’est un métier peu connu malgré tout, loin des strass et paillettes qu’on s’imagine.

Les top models existent bien. Souvent “filles/fils de”, ils ont cette vie pleine de paillettes, mais ils ne représentent pas la majorité d’entre nous. Puis il y a quelques mannequins peu connus qui enchaînent les grosses campagnes et ne connaissent pas le crise.

La majorité, ce sont toutes ces personnes dont vous ne connaissez pas le nom mais qui vous représentent dans les pubs à la télé, dans les catalogues ou sur des sites d’e-commerce. C’est ceux qui ne décrochent pas systématiquement des contrats avec 5 ou 6 zéros. 

Ici je parle pour la majorité.

Mannequin et confinement

Dans le contexte actuel, il est temps de parler du statut de mannequin pour défendre cette profession et nos droits.

En parlant de nos droits… pendant le confinement, nous n’avons eu le droit à rien : pas de chômage partiel, pas de fonds de solidarité, pas d’aide, pas de pitié. RIEN.

La seule aide possible concernait les contrats signés avant le 17 mars et qui n’ont pas pu se faire. Il faut savoir que les clients signent généralement les contrats la veille d’un job. Donc lundi 16 mars, quasiment aucun contrat n’était signé, sauf pour les jobs qui s’étalaient sur plusieurs jours. Par exemple, une mannequin qui travaillait sur un catalogue du 14 au 20 mars a pu être dédommagée. Mais cette aide a concerné tellement peu d’entre nous.

Si certains mannequins sont partis en vacances en février, alors ils ont eu au moins 4 mois sans aucun revenu. Puis ce n’est pas parce que le confinement était terminé qu’on a tous réussi à travailler tout de suite.

Mannequin en 2020 ne rime pas avec chômage

Certes, nous pouvons demander le chômage, sauf qu’il faut travailler 910 heures en 18 mois pour ouvrir nos droits (ou 24 mois maintenant grâce au covid). Dans notre quotidien, nous travaillons quasiment à temps plein, sauf que seulement ⅓ de ces heures sont déclarées. En effet, on ne déclare pas les éditos (ou au mieux la comptabilité déclare 1 heure de travail alors que dans les faits il y en a 12). On ne déclare ni les essayages, ni les castings, ni les tests, etc. Quand on fait une heure supp, c’est mal vu de la réclamer. En fait, si on la réclame, les clients risquent de ne plus travailler avec nous. Alors on se tait. Cela devient acceptable à partir de 2 heures supplémentaires travaillées. 

Donc les 910 heures et le chômage, on oublie. Pourtant vu les sommes qu’on cotise, ça fout les boules.

Les mannequins qui enchaînent les showrooms et essayages sont les seuls qui cumulent assez d’heures déclarées pour toucher le chômage. Mais ces mannequins sont rares. De toute façon, la fashion week de juin a été annulée et que celle de septembre s’est faite à moitié.

Zoolander et Ben Stiller, le plus grand mannequin de tout les temps

Mannequin et intermittent du spectacle

Nous ne sommes pas intermittents du spectacle. 

Les mannequins étaient considérés comme tels il y une vingtaine d’années, puis finalement non. Soit disant, la publicité n’est pas du spectacle. Pourtant tous les techniciens présents sur les tournages ont bien le statut d’intermittent. On passe nos journées à travailler ensemble avec des statuts différents… Cela n’a pas de sens.

Si on pouvait être considérés comme intermittents, il serait plus facile d’atteindre 507 heures, et donc de toucher le chômage. En plus, certains mannequins sont comédiens en parallèle, donc ça simplifierai la situation.

mannequin en 2020 pour la pub ikea

Mannequin et agences de mannequins

Nous travaillons avec des agences de mannequins qui sont censées nous faire travailler, nous représenter, et nous protéger. C’est écrit sur nos contrats. Je développerai chacun de ces points. En fait, c’est un système tripartite, assez proche de l’interim.

Pour accomplir leurs tâches, les agences prennent 66% de commissions. Ce qui reste c’est du brut, donc on retire encore 20% + l’impôt à la source. Ça ne laisse pas grand chose. Il y a même une agence un jour qui m’a pris 86% de commission après un job. Dieu merci j’avais négocié…

Je précise que les agences payent les charges sociales sur ces 66%. Cela correspond à environ 40% du montant facturé aux clients, et le reste, soit environ 26%, part dans la poche des agences. Il faut savoir que les sociétés de portage salariale font à peu près le même travail avec les consultants sauf qu’elles prélèvent 45% du montant facturé, et non 66%. Les sociétés de portage prennent une commission entre 4 et 8%. Voilà le hic !

Je vous rassure, ce système de commission ne concerne que la France. Dans le reste du monde les agences prennent entre 20 et 40% de commissions.


Pendant le confinement, nos bookeurs ont eu le droit au chômage partiel. Et depuis juillet, les agences de mannequins sont dans la liste des entreprises qui ont le droit aux aides de l’état (fonds de solidarité et tralala). Ces aides sont prolongées jusqu’à la fin de l’année au moins. Vous croyez que les mannequins sont concernés ? Haha ! Toujours pas !

J’oubliais : les agences les plus prestigieuses ont leur siège social à l’étranger. Donc elles ne paient pas vraiment les impôts qu’elles devraient.

Agence et travail

En ce qui concerne le travail, étant donné que les agences représentent toujours plus de mannequins afin de satisfaire leurs clients, elles ont de moins en moins de job à nous proposer. 

Un jour une bookeuse m’a avouée qu’elle pouvait faire tourner l’agence avec 5 filles seulement par secteur. Ainsi elle pourrait les faire travailler tous les jours. Quand j’ai commencé on était une vingtaine, aujourd’hui on est plus de 200 sur le même secteur. Donc non, on ne me fait pas travailler tous les jours.

En fait, rares sont les agences qui se soucient de nous faire assez travailler pour payer notre loyer.

Et je n’évoquerai que très brièvement la situation des mannequins étrangers. Ils doivent rembourser les billets d’avion à l’agence, payer une chambre 35€/jour qu’ils partagent à 4 ou 5 dans un « model apartement », payer 4€ l’impression de chaque photo dans leur book (qui coûte 0,35 centimes concrètement). Puis la liste des choses facturées est longue, donc les étrangers, repartent avec quelques euros seulement dans leur poche.

Agence et représentation

En ce qui concerne la représentation, la plupart des agences font ce travail à moitié. Elles n’hésitent pas à faire bosser leurs copains et copines plutôt que l’ensemble des personnes représentées. Elles font croire aux clients que certains mannequins ne sont pas disponibles pour proposer leurs préférés. Malheureusement j’ai vu cela dans toutes les agences.

Puis certaines agences facturent aux mannequins le fait d’être visible sur leur site, ou chaque mail envoyé… Quel beau travail de représentation !

Agence et protection

En ce qui concerne la protection, la plupart des agences ne négocient même plus les tarifs. Pourtant c’est leur travail. Il y a 10 ans, les tarifs étaient 3 fois plus élevés. Aujourd’hui, les agences acceptent des tarifs bien en-dessous du barème syndical. Car oui, il existe un grille tarifaire pour protéger notre activité. Mais beaucoup d’agences se torchent avec. Car vous comprenez, les images sont pour les réseaux sociaux (en fait le film passera à la télé). Puis c’est la crise, blablabla.

Je comprend que ce soit une année difficile pour les agences aussi, mais c’est leur devoir de négocier et d’imposer des tarifs qui respectent le barème syndical. Les bookeurs sont payés pour ça.

Puis côté protection, le rapport à la maigreur n’est pas un mythe dans les grandes agences. Aussi, le comportement tendancieux et pervers de certaines agences ou bookeurs n’est pas une légende non plus. Ils nous invitent à déjeuner à la table d’un homme d’affaires aux cheveux blancs pour lui tenir compagnie… Ou ils envoient les filles en casting chez les photographes connus pour les faire passer sous la table, ou chez ceux qui ont fait de la prison pour viol. Aux yeux de certaines agences, décrocher un contrat est plus important que votre virginité.

Mannequin en 2020 et freelance

C’est assez surprenant, mais à l’heure où le statut d’autoentrepreneur permet de faire n’importe quelle activité, il n’est plus ouvert aux mannequins. Nous n’avons pas le droit de travailler en direct avec les clients. Seules les agences ont le droit de facturer une prestation de mannequin.

En fait, lors de la création du statut d’autoentrepreneur en 2009, le métier de mannequin figurait dans la liste des métiers possibles. Mais 26% de charges d’un côté contre 66%+20% de l’autre, les agences ont perdu quelques clients. Donc elles se sont donc débrouillées pour nous interdire ce statut, soit disant pour nous protéger (la bonne blague). 

Pourtant, depuis l’interdiction, TOUTES les marques et TOUTES les agences de pub nous demandent régulièrement de passer en direct. Et ça va aller de pire en pire. Entre faire quelque chose d’illégale, ou faire des économies, les clients ont vite choisi.

En plus cela ouvre la porte aux tarifs les plus indécents. En passant en direct, quelques clients oublient qu’il existe un barème de tarifs pour nos prestations, et nous proposent des prix toujours plus bas. Malheureusement, il y aura toujours quelqu’un qui débute ou qui est en galère pour accepter. Cela fait du mal au métier car après, les clients n’acceptent plus de payer les tarifs normaux.

Pourtant, sur un tournage, si les techniciens ont un statut d’intermittent, toutes les autres personnes présentes ont un statut d’indépendant. Cela concerne les maquilleurs, les manucures, les coiffeurs, les stylistes, les DA, les photographes, leurs assistants, etc. Je n’ai pas l’impression que ces artistes soient moins protégés que nous par leur agent sous prétexte qu’ils soient indépendants. Finalement, les agences de mannequin en 2020 ne fournissent pas plus de travail que les agents de photographes (mais elles empochent beaucoup plus).

Mannequin pour le catalogue la redoute

Mannequin en 2020, on fait quoi ?

Aujourd’hui, nous sommes dans une sorte d’impasse. Le système des agences de mannequin avait peut-être un sens dans les années 90. Cependant en 2020, toute la législation du statut montre qu’il n’est plus du tout approprié.

D’autant plus que nous sommes dépendants de l’amour que nous portent nos bookeurs, vu que c’est eux qui décident qui travaille ou pas. S’ils n’ont pas envie de vous donner de casting ou de direct booking, on ne peut rien y faire. Si on ose se plaindre, on risque de ne pas bosser le mois prochain. Alors on se tait, on sourit, et on attend.

A l’approche d’un deuxième confinement, j’ai envie de tirer sur la sonnette d’alarme pour faire bouger les choses. Je ne le fais pas pour moi, mais pour l’ensemble de cette profession. Puis il est temps que ce système obsolète soit révolu et adapté à notre époque. Les agences ne nous ont ni aidé ni protégé pendant le 1er confinement, alors elles ne vont pas le faire pour le 2ème, ni pour celui de janvier.

Je pose ici une série d’idées pour faire progresser le monde du mannequinat en adéquation avec notre époque, et en tenant compte de certaines difficultés de ce métier.

Le rôle des agences de mannequin

  • Les agences ne devraient-elles pas limiter le nombre de personnes qu’elles représentent ?

En faisant cela, les agences pourraient mieux répartir le travail entre les mannequins représentés.

  • Considérant les commissions que les agences se prennent, ne devraient-elles pas nous attribuer une compensation financière les mois où nous n’avons pas décroché un seul job ?

Avec 66% de commission, les agences pourraient composer une sorte d’épargne pour nous aider les mois difficiles.

Ils pourraient compter combien on a gagné, ou combien on leur a fait gagner, pendant les 12 derniers mois, et nous attribuer une compensation de 5% du total de ce montant pendant le confinement.

  • Les agences ne devraient-elle pas réduire leur commission afin d’arrêter d’effrayer les clients avec des devis hallucinants ?

Pour faire travailler un mannequin en 2020, le premier prix à la journée est très cher, sans compter les droits. Avec le développement du numérique et des réseaux sociaux, les budgets ont baissé, on ne peut rien y changer. Et avec une année aussi flippante, toutes les marques cherchent à faire des économies. En réduisant leurs commissions, les agences feraient moins peur aux clients, et ceux-ci arrêteraient de nous demander de travailler illégalement.

  • Est-ce que les agences ne devraient-elles pas agir comme les sociétés de portages salariales pour qu’on puisse ouvrir nos droits au chômage beaucoup plus simplement ?

Les sociétés de portages salariales permettent aux consultants ou artistes qu’elles représentent de répartir l’ensemble de leurs revenus mensuels afin de faire assez d’heures pour ouvrir leur droit au chômage. Si les agences de mannequin nous proposaient de travailler de la même façon, on pourrait enfin faire nos heures, et se préparer au prochain confinement.

Une législation européenne ?

  • Est-ce qu’il ne devrait pas y avoir une législation au niveau de l’Union Européenne sur le statut de mannequin en 2020 ?

Cela aurait un sens que les agences des différents pays s’alignent.

Les agences allemandes ou espagnoles ne prennent que 20% de commission. Donc de plus en plus de mannequins passent par ces agences pour travailler avec les clients qui les démarchent en France.

Il m’est arrivée qu’une agence française me fassent travailler en Espagne, mais il m’est aussi arrivée qu’une agence espagnole me fasse travailler en France. Lorsque l’on compare les commissions, on a plutôt envie de travailler via les agences étrangères.

Peut-être qu’on devrait tous arrêter de travailler avec les agences françaises, accepter les clients qui nous démarchent en direct, et passer par des agences étrangères pour facturer. Alors certes, on ne cotiserait plus pour le chômage, mais comme de toute façon on ne peut pas l’avoir, à quoi bon !

Changer notre statut ?

  • Cela ne serait-il pas raisonnable de nous considérer comme des intermittents du spectacle comme la moitié des gens qui travaillent avec nous sur les tournages ?

Cela rendrait notre accès au chômage un peu plus facile en plus. Puis cela faciliterait la partie administrative pour les productions.

  • Ne peut-on pas autoriser les mannequins à avoir un statut d’indépendant comme l’autre moitié des gens qui travaillent avec nous ?

Dans ce cas, les agences de mannequin pourraient nous représenter de la même façon que les agents d’artistes représentent leurs artistes. Les clients ne seraient plus dans l’illégalité, et nous on pourrait travailler plus.

La création syndicat de mannequin en 2020

  • Peut-on créer un syndicat de mannequins, et non un syndicat d’agences de mannequins, afin qu’on nous protège enfin, pour de vrai ?

Un syndicat de mannequins permettrait aux mannequins de s’entraider. Lorsqu’on entre en agence, personne ne nous explique quels sont nos droits sociaux, quels sont les tarifs, comment est-ce qu’on cotise, ou si on a le droit à une mutuelle (j’avoue que je n’ai pas la réponse à ce sujet). Il m’est même arrivée qu’une agence me paye pour un job sans m’envoyer ma fiche de paye et mon attestation Assedic. C’était à moi de réclamer tout ça. 

De toute façon, si un mannequin a une mauvaise relation avec son bookeur, il n’a personne vers qui se tourner. Il devra se débrouiller toute seule.

Un syndicat de mannequins répondrait à toutes les questions légales qu’on ne nous explique jamais. Il rendrait officielle la liste des photographes/bookeurs/clients crapuleux et pervers. Et il rendrait publique la grille des tarifs pour que les clients arrêtent d’abuser de notre ignorance.

Etre mannequin en 2020, c’est un combat de tous les jours

Tous les problèmes évoqués ci-dessus existent depuis des décennies, mais il n’y avait pas eu une situation assez alarmante pour faire bouger les choses, pour oser dire ce que tous les mannequins et clients pensent tout bas. 2020 et le confinement mettent en lumière nos difficultés, et il est temps que ça change.

Bien que nos tarifs journaliers soient élevés, nous ne travaillons pas tous les jours. Nous n’avons pas vraiment de contrats réguliers. Parfois les clients annulent les jobs à la dernière minute sans aucune compensation. On a des mois pleins, et des mois très creux. On n’est jamais à l’abri de plusieurs mois creux. Même si certains mannequins s’en sortent très bien, notre situation devient vite précaire, puisqu’il n’existe aucune protection. Dans le pays des droits sociaux, on fait partis des oubliés.

Si vous avez d’autres idées pour améliorer notre situation, pour nous aider à faire face à ce 2ème confinement, n’hésitez pas à m’en faire part. Partagez cet article à quelqu’un qui s’y connait tel qu’un avocat, un journaliste, un syndicat, la DIRECCTE, ou encore Elisabeth Borne.

Allez, bisous.

mannequin en 2020 avec les filles du fyre festival
Rendez-vous sur Hellocoton !

One Reply to “Etre mannequin en 2020, pas si simple”

  1. Hello Romy !
    As-tu entendu parlé de Chali conseil @chali_app http://www.chaliconseil.com , une société montée par une avocat fiscaliste ( Aliénor Dony) et une ancienne mannequin ( Charlotte Di Calypso) ?
    Chali a pour but d’aider et accompagner les mannequins dans toutes leurs problématiques comptables/fiscales, juridiques et administratives.
    Elles se sont battues pendant le 1er confinement en discutant avec le syndicat des agences de mannequins et le ministère du travail pour réussir à débloquer une aide pour les mannequins.
    Ca t’intéressera certainement de découvrir Chali et de discuter avec elles ?
    Bon week-end !

Laisser un commentaire